• Recherche,

Influence tranlinguistique : où en est-on aujourd'hui ? Colloque international du réseau d'acquisition des langues secondes (RéAL2)

Publié le 2 septembre 2020 Mis à jour le 28 avril 2021
du 5 juillet 2021 au 7 juillet 2021 Université Toulouse - Jean Jaurès
real2
real2

Colloque international organisé par le laboratoire OCTOGONE LORDAT

Le terme d’influence translinguistique (crosslinguistic influence) introduit par Michael Sharwood-Smith (1983)a été proposé comme alternative au terme de transfert afin de contrer la connotation béhavioriste de ce dernier.Par la suite, les différentes approches générativistes et/ou cognitivistes ont rejeté l’analyse contrastive et l’influence de la langue source (L1) vers la langue cible, seconde ou étrangère (L2), pour se concentrer sur les difficultés intrinsèques à la L2 et les processus cognitifs internes de l’apprenant.

Depuis, le développement des théories basées sur l’usage a attiré l’attention sur le rôle de l’ensemble des langues parlées à des degrés même très variables dans les processus langagiers. Cela a non seulement réhabilité l’influence de la L1, mais l’émergence d’un monde de plus en plus multilingue a poussé les chercheurs à étudier l’influence translinguistique, désormais multiple (L1, L2, L3, …), agissant sur les plans linguistiques, conceptuels et cognitifs, dans une perspective multi-directionnelle (L2-L3, L3-L2, L2-L1, …) (e.g. De Angelis, Jessner & Kresic, 2015; Westergard et al., 2017; Schmid & Köpke, 2017) tout en prenant en considération les facteurs de son apparition (la (psycho)typologie, le niveau de compétence en langue source et en langue cible, le statut de langue seconde ou le facteur L2, le niveau d’actualité d’une langue source, …) et leur interaction (voir par exemple, Cook & Bassetti, 2011 ; Jarvis & Pavlenko, 2010 ; Pavlenko, 2011). La complexité de ces relations continue à inspirer les chercheurs en acquisition des langues et c’est sur cela que nous vous invitons à venir faire le point avec nous à Toulouse.

Plus d'informations sur le site dédié.
Contact :
Cécilia Gunnarsson