Laurent Grasso : 7,83 - Le Parvis, Centre d'Art | Ibos (Hautes-Pyrénées)

Publié le 5 juin 2021 Mis à jour le 5 juin 2021
du 10 juin 2021 au 9 octobre 2021
Vernissage mercredi 9 juin à19h00 en présence de l’artiste
Centre Méridien route de Pau, 65420 Ibos
Parvis
Parvis

L’œuvre de Laurent Grasso se situe dans un constant aller-retour entre le réel et la fiction. L’artiste explore et décrypte cette limite fragile entre la raison et la foi, la réalité et le leurre, la science et ses déclinaisons marginales - sans faire de prosélytisme ni de dogmatisme, mais en révélant ou en essayant de sonder ces espaces d’incertitudes.

"7,83 Hz est la fréquence des résonances mesurées dans le champ électromagnétique terrestre, dont le physicien allemand Winfried Otto Schumann avait prédit l’existence dans les années 1950, et qui ont été identifiées et appelées une dizaine d’années plus tard « résonances de Schumann ». Suscitant un certain nombre d’interprétations et de théories, cette découverte a également généré la production d’objets, en particulier des boîtiers générateurs d’ondes de Schumann, supposés réharmoniser le cerveau humain avec ces fréquences extrêmement lentes, circulant entre la surface de la Terre et l’ionosphère.

L’exposition 7,83 de Laurent Grasso interroge notre perception du réel à travers des domaines aussi hétérogènes que ceux de la science, de la croyance, du pouvoir et du temps. Autant d’aspects de la connaissance qui touchent aux frontières du perceptible et de l’invisible, du réel et du fictionnel. Participant d’une nouvelle façon d’envisager la matérialité des œuvres, les sculptures, dessins, vidéos et installations présentées dans 7,83 s’incarnent dans des matières et des formes, mais elles manifestent également une réalité insoupçonnée et méconnue, à la fois intangible et invisible : celle des ondes électromagnétiques que certaines œuvres diffusent, pour certaines de façon fantasmée, pour d’autres, effective. L’espace d’exposition se trouve ainsi plongé dans un bain de fréquences émises par des sculptures hybrides et actives, dont le fonctionnement a une action imperceptible mais possible sur le corps et l’esprit du visiteur.

Supposées créer de véritables transferts d’énergie, ces œuvres sont le reflet d’un intérêt de longue date pour l’esthétique de la machine ainsi que les sciences parallèles et leurs rapports complexes au réel. Laurent Grasso s’est penché avec un regard proche de l’anthropologue sur des découvertes plus ou moins admises par la science académique et réalisées par des personnalités parfois controversées, telles que Georges Lakhovsky ou Rudolf Steiner. Naviguant entre croyance et science, il s’est inspiré d’objets qui impliquaient l’utilisation de ces ondes à des fins thérapeutiques ou scientifiques, et les a revisités en formes sculpturales sensibles et énigmatiques, qui dialoguent librement avec des yeux gravés dans des rocs de marbre ou des dessins au fusain évoquant la photographie spirite.

Par l’exploration de matériaux scientifiques ou para scientifiques, l’artiste ouvre ainsi de nombreux champs de réflexions, tels que le magnétisme de la matière et les mutations profondes du monde naturel, propres à notre ère post-anthropocène. Avec 7,83 Laurent Grasso nous plonge dans un monde d’incertitudes, il interroge nos systèmes de pensées et nous ouvre à un monde inconnu, aux confins des protosciences, du pouvoir des ondes, des vibrations éthériques et des rumeurs telluriques."
Communiqué du Parvis

En savoir plus sur
►L'exposition (diaporama)
►Laurent Grasso :
Galerie Perrotin : "
Au croisement de temporalités, de géographies et de réalités hétérogènes, les films, sculptures, tableaux et photographies de Laurent Grasso immergent le public dans un monde d’incertitude troublant. […] Couvrant aussi bien les peurs collectives que la politique, l’artiste révèle par un phénomène électromagnétique ou paranormal ce qui se cache derrière la surface de nos perceptions habituelles, et nous offre ainsi une nouvelle perspective sur l’histoire et la réalité."
Laurent Grasso : "Le fantastique est une très bonne manière d'interroger le réel" – France Culture. Affaires culturelles, 17/11/2020 (55 min.). "À travers la vidéo, l'installation, mais aussi la peinture, la sculpture, ou encore le néon, le plasticien Laurent Grosso déploie depuis une vingtaine d’années une esthétique hybride et audacieuse qui questionne la réalité des simulacres autant que les nouveaux outils qui permettent d'appréhender le monde. Des problématiques sans cesse en mouvement dans ses œuvres visibles dans le monde entier. Il nous raconte la genèse de son travail..."
Laurent Grasso, par-delà Nature et Culture – France Culture. La Grande Table, 20/05/2021 (27 min.). "L'artiste plasticien Laurent Grasso aime à jouer de l'artificialité. C'est ce plaisir de dérouter le spectateur en modifiant des phénomènes naturels qu'il utilise dans ARTIFICIALIS, son film visible au Musée d'Orsay, dans le cadre de l'exposition Les origines du monde. L'invention de la Nature au XIXe siècle, jusqu'au 18 juillet."