• 2. Description présentation,

Lecture Littéraire 2006-2010

Publié le 3 mars 2011 Mis à jour le 1 juillet 2011
Le Groupe de recherche sur la lecture littéraire et la didactique de la littérature de l'IUFM Midi-Pyrénées est associé au Programmes « Lecture littéraire : théorie et enseignement » du laboratoire « Lettres, Langages et Arts » (EA 41 52) de l'Université Toulouse 2 - Le Mirail, (http://w3.lla.univ-tlse2.fr), qui  fédère les travaux en didactique de la littérature - en milieux francophones et non francophones - des chercheurs toulousains du domaine.

La problématique de recherche du groupe s'inscrit dans une approche de la lecture littéraire comme processus interactionnel entre les lecteurs et les œuvres. Elle s'intéresse aussi bien aux stratégies de sollicitation des lecteurs par les œuvres qu'aux reconfigurations de ces dernières produites par l'activité fictionnalisante des lecteurs, celles-ci ne se limitant pas aux seuls textes de fiction.

Il s'agit d'interroger les textes de lecteurs qui se constituent dans l'entre-deux mobile et incertain séparant et reliant lecteurs et œuvres, dans des contextes psychologiques, sociaux, historiques, culturels différents.

Quelle que soit leur importance, les descriptions analytiques des fonctionnements textuels, jusqu'à leurs modes d'action sur les lecteurs, ne sauraient suffire à embrasser la totalité des expériences de lecture modelées par la subjectivité des lecteurs empiriques. Cependant, les réactions - éthiques, fantasmatiques, esthétiques... - des sujets lecteurs, malgré leur intensité et, surtout, l'importance de leurs effets sur la lecture, échappent pour l'essentiel, du fait de leur nature même, à la prise réflexive. Celle-ci reste pourtant nécessaire à l'établissement de tout projet didactique en matière de lecture littéraire, alors même qu'il existe un conflit latent entre l'intimité de la relation de lecture et les protocoles de socialisation à laquelle elle est obligatoirement soumise en contexte scolaire.

Cette recherche s'attache aux questions scientifiques et didactiques posées par une telle approche de la lecture littéraire tant dans le domaine de son enseignement (à tous les niveaux d'étude) que dans celui de la formation initiale et continue des enseignants. Elle prend appui sur les nombreux textes qui portent les traces de la singularisation d'une œuvre par l'activité de lecteurs, tant experts (écrivains, critiques littéraires, « grands » lecteurs, etc.) que novices (élèves, étudiants, lecteurs « anonymes », etc.) : autobiographies de lecteurs, écrites ou orales, publiées ou recueillies à partir de productions spontanées, ou sollicitées sous forme de questionnaires ou d'entretiens ; journaux de lecture ; ouvrages ou articles de littérature « secondaire » (critiques littéraires, études universitaires, etc.), qui témoignent souvent, au-delà de leur apparente neutralité analytique, de la façon particulière dont, dissimulé derrière la posture du critique, un sujet lecteur « habite » une œuvre ; récits seconds d'« épiphanies » de lecture et d'avènements de lecteurs, tels qu'ils sont relatés notamment par des enseignants, des didacticiens, rencontres, le plus souvent inattendues mais fondatrices, entre un lecteur et une œuvre.

Les directeurs de recherche du groupe ont dirigé une dizaine de thèses en didactique de la littérature, dont sept en co-tutelle avec des universités tunisiennes ou québécoises.