Les expériences cinématographiques de Robert Breer : arythmies, anti-continuités et autres "dérives à perte"

Publié le 9 novembre 2019 Mis à jour le 18 janvier 2021
le 14 juin 2021
 
MDR, salle D30
Campus du Mirail

Sous la direction de Patrick Barrès (en partenariat avec NEF Animation)

Invité : Pascal Vimenet

Christian Lebrat caractérise le cinéma de Robert Breer comme une expérimentation sur « le (dé)collage visuel, la dysfonction image et son, les déplacements sémantiques multiples et imprévus » (1). Ces inflexions constituent le sujet même des films et ce qui fait événement lors de leur projection. Elles sont intégrées à une recherche sur les formes de mouvement, sur les matériaux d’une « anti-continuité » (2) et l’expérience de « dérives à perte » (Jean-François Lyotard (3)).
La présentation des recherches sur le mouvement et l’étude des inflexions plastiques cinématographiques constitueront le premier volet de cette journée d’étude. Un deuxième volet sera dédié aux inflexions plastiques dans un cadre de relations entre les films, les peintures et les sculptures de Robert Breer, autour de la notion de « seuil de perception » et des rapports entre mouvement, temps et espace (la proposition d’un « espace élastique » dans ses peintures, les lignes flottantes dans A Man and His Dog Out for Air, la problématique spatiale du « champs dehors » dans les sculptures flottantes Floats, par exemple). L’exploration de ce corpus nous permettra enfin d’aborder la question des « seuils de définition » artistique et esthétique, caractéristique du programme de Robert Breer comme il le confie à Yann Beauvais en 1983 : « défier le film, défier la sculpture » (4).

--------------------------

(1) Christian Lebrat, « Préface », Jennifer L. Burford, Robert Breer, Paris, Paris expérimental, 1999, p. 11.
(2) Guy L. Cote, « Une notion nouvelle de continuité. Entretien avec Robert Breer », Positif, N°54-55, juillet-août 1963, p. 54.
(3) Jean-François Lyotard, « L’acinéma », Revue d’esthétique : Cinéma, théories, lectures, N° spécial, 1973, p. 362.
(4) Yann Beauvais, « Une interview de Robert Breer », Robert Breer. Films, Floats & Panomaras, Montreuil, Editions de l’œil, 2006, p. 132.